Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

Règle de saint Benoît:

Introduction

Table des matières

La règle

Général:

Page d'accueil

DIEU CHERCHE L'HOMME...

L'HOMME PEUT CHERCHER DIEU...
UN CHEMIN POSSIBLE DE RENCONTRE:
LA REGLE DE SAINT BENOIT POUR DES LAICS AUJOURD'HUI....


Il est banal de dire aujourd'hui que nous vivons dans un monde sans repères. Certains chrétiens sont aussi parfois déroutés, désorientés, et cherchent une ligne, une forme de guide, une ‘’spiritualité " pour conduire leur vie. Bon nombre d'entre nous peuvent dire avec le psalmiste: " Dieu que tes projets sont difficiles pour moi, que leur somme est élevée " (Ps 139,17). On a bien du mal à s'y retrouver et pourtant on voudrait avancer. On souhaiterait bien croire le psalmiste: " Déchiffrer ta parole illumine et les simples comprennent " (Ps 118,130). Nous sommes sans doute compliqués mais souvent nous manquons d'une ligne directrice, nous cherchons un chemin pour essayer d'avancer derrière Celui qui nous dit qu'Il est précisément le Chemin, la Vérité, la Vie.

Voici qu'une Règle écrite il y a quinze siècles par des laïcs pour des laïcs est repère pour des moines et des moniales, personnes célibataires, vivant apparemment hors du monde, dans un univers apparemment clos. Voici que cette Règle interpelle à travers les cisterciens des personnes mariées, pères et mères de famille, des célibataires, d'origines sociales très diverses, d'opinions politiques différentes, vivant en ville ou à la campagne avec des engagements de terrain très diversifiés et sans communauté visible permanente. Ils trouvent dans la Règle de Saint Benoît une aide, des repères pour vivre leur foi. Rien d'étonnant à cela puisque la Règle s'adresse à tous " qui que tu sois, qui renonce à tes volontés propres " (Prologue 3 et elle intéresse " celui qui aime la vie et désire voir des jours de bonheur " (Prologue 15 ; Ps 34,13). La Règle est une relecture de l'Ecriture, les citations de l'Ancien et du Nouveau Testament y sont nombreuses. Elle est une source à laquelle nous puisons, chacun est concerné, celui qui exerce des responsabilités et celui qui en a moins, le malade et le soignant, le jeune et le moins jeune. Elle touche tous les secteurs de la vie quotidienne. Elle est destinée à des gens ordinaires qui mènent une vie ordinaire. Elle est très humaine, très équilibrée, très incarnée, elle dédramatise les choses et les événements. La Règle, c'est le respect des personnes : elle fait toujours le lien avec la Parole qui commande toute attitude puisque c'est notre relation aux autres qui vérifie notre relation à Dieu.

Elle est articulée autour de cinq axes ou piliers qui concernent notre vie de chaque jour :
* Le premier est celui de la prière et de la lectio divina qui est une lecture chrétienne de l'Ecriture. Ce sont elles qui apportent la nourriture et qui irriguent la vie. C'est à la source à laquelle il faut aller boire.

* Le second est le travail. Que l'on soit moine, moniale ou laïc, il nous faut travailler pour vivre, assurer notre retraite pour ne pas être à charge. Si le travail nous rend participant de la Création, il est aussi un lieu de vérification de la qualité de notre relation aux autres. Il n'est pas une fin en soi, il est un moyen.

* Le troisième est l'ascèse. Le sens de ce mot est exercice, entraînement. Ce n'est pas non plus une fin en soi, un but. C'est un moyen pour éduquer notre sensibilité, nos choix, nos puissances de désir afin de les orienter vers Dieu et ainsi apprendre à nous unifier. A chacun de voir les moyens qu'il prend pour ne pas trop se disperser, ce qui est souvent une fuite. A chacun de voir comment il organise son emploi du temps, ses loisirs, ses lectures, ses achats. A chacun de voir dans sa vie où il situe le pouvoir et le paraître.

* Le quatrième est la vie fraternelle, la vie avec les autres, lieu privilégié où s'authentifie la qualité de la relation avec le prochain qui peut devenir le frère. C'est le lieu où l'on apprend à se connaître. C'est l'école de l'humilité, du pardon, de la miséricorde et de la vérité par rapport à soi-même et aux autres. " Le fer se polit par le fer et l'homme par le contact avec son prochain " (Pr. 27,17)

* Le cinquième est le retrait du monde, ce qui ne veut pas dire qu'il faut fermer sa porte, se cloîtrer, fuir ses relations, sa vie de famille, sa vie professionnelle. Le retrait du monde, c'est apprendre à gérer la distance et la proximité par rapport à toutes les sollicitations dont nous sommes l'objet. Le retrait du monde, c'est apprendre à ne pas se laisser dominer par tout ce que nous pensons avoir à faire. Le retrait du monde c'est apprendre à être présent à soi-même pour être mieux présent aux autres et à Dieu.
Ecole d’un vivre ensemble possible, guide du quotidien, relecture de l’Evangile, elle est au fil des jours une source de liberté, chemin de conversion du cœur, chemin du suivre Jésus là où nous sommes avec les talents que nous avons reçus.