Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Benoît:

L'exemple de saint Benoît

Seigneur, qui habitera dans ta demeure ?

Il suffit

Renoncer à tes volontés propres

Vivre loin de Dieu

On fera tout avec mesure

Une école du service du Seigneur

Vivre l'observance du carême

Une école pour vivre la foi

Une spiritualité incarnée

Patience - impatience

Chercher - Trouver

Donner - Recevoir

Persévérance - Fidélité

Travail - Oisiveté

Silence - Parole

Prier

Obéir - Désobéir

Ouvrir - Fermer

Qui que tu sois

Vivre autrement

Ne murmurez pas

Le chemin de la vie

Le temps et la Règle

Général:

Page d'accueil

Psaume 14,1- Règle de saint Benoît Prologue 23

Habiter la maison, la demeure du Seigneur est le but de toute vie chrétienne. Habiter la maison du Seigneur c’est voir celui qui nous a appelé dans son royaume. « Avec le prophète, posons cette question au Seigneur : Seigneur, qui habitera dans ta maison, qui reposera sur ta sainte montagne ? Frères, après cette question, écoutons la réponse du Seigneur qui nous montre le chemin de sa maison. » (Prol. 21) La question et la réponse seront reprises en écho : « Frères, quand nous avons demandé au Seigneur qui habitera dans sa demeure, nous avons entendu les conditions qu’il impose à son hôte. Et nous n’hériterons du royaume des cieux qu’à condition de remplir les devoirs de l’hôte. » (Pr 39) ; les devoirs de l’hôte étant la mise en pratique des commandements. La maison du Seigneur, c’est le Royaume (Pr 21, 22, 50). En effet, celui qui écoute et met en pratique la Parole de Dieu est comparé à l’homme sage qui construit sur le roc (Pr 33-34). La longue énumération des outils pour faire le bien (RB 4,75-78) se termine par une nouvelle affirmation d’un enracinement dans la vie. Pour le moine qui a choisi son lieu de vie il s’agit de la clôture du monastère, lieu école et atelier de mise en pratique. Christian de Chergé médite dans un de ses chapitres sur ce vœu de stabilité qui semble privilégier le lieu plutôt que la communauté des frères et qui se vérifie pour Tibhirine (Dieu pour tout jour, 16 mars 1991, p. 364) : « Aucun d’entre nous n’est venu attiré par le désir de rejoindre tel ou tel. Mais l’appel qui nous lie nous permet aussi d’interpréter au sens large la notion de LIEU, sans rien lui enlever de son lieu d’incarnation. Le lieu, c’est aussi une Eglise, un peuple, un pays, un type d’enfouissement et d’enracinement. » (Ep 3,18-22). C’est la réponse à un appel authentifié, qui est celui d’habiter la maison du Seigneur. C’est ce qui construit et fait la cohésion d’une communauté ou d’un groupe.

Pour nous, laïcs qui voulons nous mettre à l’école de Saint Benoît, la question de la stabilité se pose aussi, qu’elle soit conjugale, familiale ou professionnelle, dans la fidélité et la persévérance qui sont si peu à la mode, dans un monde du butinage et de l’errance. La maison de Dieu, c’est là où Dieu habite et le premier « lieu » où il habite, c’est notre cœur : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?» (1 Co 3,16) Le but de la Règle est de nous faire revenir à notre cœur, à notre être véritable (au lieu d’errer dehors), loin de ce qui nous éloigne de Dieu et donc aussi de notre être profond C’est dans ce monastère intérieur, où Dieu est présent que nous recevons sa Parole et où elle doit s’enraciner afin de nous guider et d’orienter notre vie et nos actions.

Voici que je me tiens à la porte et que je frappe.
Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte,
je prendrai la cène avec lui et lui et avec moi.
Ap 3,20