Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Benoît:

L'exemple de saint Benoît

Seigneur, qui habitera dans ta demeure ?

Il suffit

Renoncer à tes volontés propres

Vivre loin de Dieu

On fera tout avec mesure

Une école du service du Seigneur

Vivre l'observance du carême

Une école pour vivre la foi

Une spiritualité incarnée

Patience - impatience

Chercher - Trouver

Donner - Recevoir

Persévérance - Fidélité

Travail - Oisiveté

Silence - Parole

Prier

Obéir - Désobéir

Ouvrir - Fermer

Qui que tu sois

Vivre autrement

Ne murmurez pas

Le chemin de la vie

Le temps et la Règle

Général:

Page d'accueil

En réglant la durée du sommeil et ses conditions (RB 8,1-2), les repas : nourriture (RB 39,1-4) et boisson (RB 40,3), la manière de se vêtir, la garde robe et ce qui est nécessaire au quotidien (RB 55,1-8 ; 18-19), Benoît nous interpelle sur notre mode de vie et nos habitudes de consommation. Il nous propose une école du désencombrement, de liberté qui permet de discerner le superflu du nécessaire dans notre rapport au monde où le paraître et l’avoir font partie des leviers de notre société. Il nous faut rechercher en tout la mesure qui nous donnera le juste rapport avec les autres et à la création. La Règle nous invite à une certaine forme de sobriété.

Si nous voulons que chacun puisse avoir selon son besoin (RB 55,20), nous recevons une invitation au partage (RB 55,9) là où nous sommes, avec nos proches mais aussi avec ceux que nous ne voyons pas. La Règle attire très fort notre attention sur le vice de propriété (RB 55,18) nous signifiant par là que nous ne sommes que des gestionnaires de notre avoir en sachant que les besoins de chacun sont différents. Pour Benoît il suffit d’avoir ce qu’il faut, sans superflu et de répondre aux besoins de chacun afin d’être en paix avec soi-même et avec les autres. (RB 31,16-18) Ainsi l’esprit dégagé pourra se consacrer à l’écoute et la mise pratique de la Parole.

Le ‘’il suffit’’ de Benoît n’est pas une fin en soi. C’est une manière de vivre, un moyen de s’habiter soi-même de manière réfléchie pour être capable d’écoute ouverte et libérée de la mauvaise volonté propre. Là où tout se fait avec mesure la paix peut régner soutenant chacun dans sa marche de retour à Dieu. (Prol 2-3)

Cette éducation du besoin et du désir est un chemin de conversion permettant de répondre aux questions posées à Jean-Baptiste :

Que devons-nous faire ? (Lc 3,10-18)