Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Thomas Merton:

La foi

Nous formons tous un seul homme

Semences de contemplation

Le détachement

Humilité contre désespoir

La liberté dans l'obéissance

La vie dans le Christ

La prière mentale

Le renoncement

Voyage à travers le désert

Le partage des fruits de la contemplation

La vie spirituelle

Apprendre à écouter les cloches

Le combat

Aimer notre pauvreté

Silence et pauvreté

Le silence

Général:

Page d'accueil


L’expression « se vaincre » peut devenir odieuse à entendre, car très souvent on lui fait signifier non la victoire sur soi-même, mais par soi-même, un triomphe remporté par nos propres forces. Sur quoi ? Sur ce qui, précisément, est autre que nous-mêmes.

La vraie victoire sur soi-même est la conquête de nous-mêmes, non par nous-mêmes mais par le Saint-Esprit. Se vaincre est en réalité se livrer.

Mais pour pouvoir se livrer, il faut devenir soi-même, car personne ne peut renoncer à un bien qu’il ne possède pas.

Précisons davantage : il nous faut acquérir assez d’emprise sur nous-mêmes pour renoncer à notre volonté entre les mains du Christ, de manière à lui permettre de conquérir ce qui est hors de la portée de nos efforts.

Thomas Merton, Les chemins de la joie (extraits)
Traduction par une moniale bénédictine du Mont–Olivet, Plon Editeur (1961), p.34