Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Thomas Merton:

La foi

Nous formons tous un seul homme

Semences de contemplation

Le détachement

Humilité contre désespoir

La liberté dans l'obéissance

La vie dans le Christ

La prière mentale

Le renoncement

Voyage à travers le désert

Le partage des fruits de la contemplation

La vie spirituelle

Apprendre à écouter les cloches

Le combat

Aimer notre pauvreté

Silence et pauvreté

Le silence

L'espérance

Général:

Page d'accueil


Les cloches sont destinées à nous rappeler que seul Dieu est bon, que nous Lui appartenons, que nous ne vivons pas pour ce monde.

Elles interrompent nos soucis pour nous rappeler que tout passe et que nos préoccupations n’ont pas d’importance.

Elles nous parlent de notre liberté, que les responsabilités et les sollicitudes passagères pourraient nous faire oublier.

Elles sont la voix de notre alliance avec le Dieu du ciel.

Elles nous disent que nous sommes son vrai temple. Elles nous rappellent à la paix avec Lui au-dedans de nous-mêmes.

Les cloches ne nous disent pas seulement : « Sois bon, évite le mal, viens à l’église, fais ton devoir ! ». Elles ne nous grondent pas comme des maîtres d’école ou de vieilles bonnes. Elles s’écrient en exultant : « Loue Dieu, le Christ est ressuscité ! » et leurs voix sont des voix d’enfants et d’anges.

Ce message s’adresse à tous, à ceux qui répondent et à ceux qui ne répondent pas, à ceux qui viennent à l’église et à ceux qui n’y viennent pas. A chacun les cloches disent : « Il y a de l’espoir, le Christ est ressuscité. Si tu te tournes vers Lui, tu seras sauvé, tu le glorifieras dans le ciel. »

Thomas Merton, Les chemins de la joie (extraits)
Traduction par une moniale bénédictine du Mont–Olivet, Plon Editeur (1961), p.77-78