Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Guillaume:

La lectio divina

Se laisser former

Dieu discerne les volontés et les intentions

Dieu nous a appelés à la paix

S'approcher de Dieu

Débuter dans la prière

Les différentes formes de prière

Prier en s'attachant à Dieu fidèlement

Retourner à Dieu

Former la pensée

Qu'est-ce que croire

Général:

Page d'accueil


Dans les demandes, il faut prier en sollicitant Dieu, en s’attachant à lui avec fidélité, sans s'y attacher avec entêtement, parce que nous ne savons pas, mais notre père céleste sait, ce qu'il y a de nécessaire pour nous dans les biens temporels.
Dans les supplications, il faut insister, mais en toute patience et humilité, parce qu'elles ne produisent leur fruit que dans la patience. La grâce parfois n'arrive pas avec rapidité, et, en certains cas, le ciel devient d'airain et la terre de bronze, pour celui qui prie. Et comme avec cette dureté du cœur humain qui lui reste, l'homme ne mérite pas d'être exaucé au gré de ses vœux, l'impatience de ses désirs lui fait regarder comme refusé ce qui n'est que différé. Comme la Cananéenne de l’Évangile (Mt 15, 22), il gémit, se voyant laissé de côté avec dédain. Il s’imagine qu’on remet en cause et qu’on lui reproche, comme une impureté de chien, ses iniquités passées.
D'autres fois, et non sans fatigue, il reçoit l'objet de ses demandes; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvre ; et le labeur de sa supplication mérite parfois de trouver les consolations et les douceurs de la prière.

Guillaume de Saint-Thierry, Lettre aux frères du Mont Dieu, chap. 14, 45
dans Œuvres complètes de saint Bernard, t. 5, trad. abbé P. Dion, Paris, 1867, p. 356-357.
cf. coll. Sources Chrétiennes, 223, Paris, 1975, § 182-184 p. 291-293.