Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Guerric:

Biographie

Voici votre Dieu

L'attente des justes

Jésus vit, cela me suffit

A la rencontre du Seigneur

Marie, notre mère

Dans la foi et la douceur

Les deux résurrections

Rencontrer Jésus

La joie de la Résurrection

L'humilité

Les pauvres du Christ

Un enfant nous est né

Préparez la voie du Seigneur

Avec Lui, dans le jardin

Marie

Général:

Page d'accueil

O heureuse humilité des pénitents ! O bienheureuse espérance de ceux qui confessent leurs fautes ! Que vous êtes puissantes auprès du Tout-Puissant, avec quelle facilité vous triomphez de celui qui est invincible, avec quelle promptitude vous changez le juge redoutable en père miséricordieux…
Conserve donc, heureux pécheur, garde avec soin et vigilance cette disposition, ce juste sentiment d’humilité et de péché. Aie toujours ces impressions par rapport à toi, et d’amour par rapport à la bonté du Seigneur. Il n’y a rien de plus grand dans les dons du Saint-Esprit, rien de plus précieux dans les trésors de Dieu, rien de plus saint parmi toutes les grâces, rien de plus salutaire dans tous les mystères…
Car l’humilité est la plus grande de toutes les vertus, bien qu’elle ignore qu’elle soit une vertu. Elle est la racine, la semence, le foyer et la vigueur de presque toutes les vertus. Elle en est le comble et le sommet, la garde.

Guerric d’Igny Sermon pour le samedi de la deuxième semaine de Carême
(Sur la parabole de l’enfant prodigue)
(§ 1 et 4, extraits)
Cf. Guerric d’Igny, Sermons 2 (Sources chrétiennes, 202), Paris, 1973, p. 27, 33-35.