Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école de Guerric:

Biographie

Voici votre Dieu

L'attente des justes

Jésus vit, cela me suffit

A la rencontre du Seigneur

Marie, notre mère

Dans la foi et la douceur

Les deux résurrections

Rencontrer Jésus

La joie de la Résurrection

L'humilité

Les pauvres du Christ

Un enfant nous est né

Préparez la voie du Seigneur

Avec Lui, dans le jardin

Marie

Général:

Page d'accueil

Quel bonheur pour les pauvres du Christ

Quel bonheur pour les pauvres du Christ !

Ils sont heureux ceux qui ont un cœur de pauvre parce que le Royaume des cieux est à eux. Oui, ils sont heureux, c'est clair. Ils refusent les bagages de ce monde qui n'ont pas de valeur mais qui pèsent lourd. Ils ne veulent plus devenir riches. Ils veulent le Créateur du monde comme seule richesse. À cause de lui, ils n'ont rien mais par Lui, ils possèdent tout.

Oui, ils sont vraiment heureux, les pauvres du Christ. Leur foi s'est bien moquée de la sagesse du monde ; elle seule a découvert le meilleur usage des richesses. Voici comment : quand nous aimons les richesses nous devenons pauvres et malheureux. Au contraire, quand nous les comptons pour rien, elles nous rendent riches et heureux.

« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je te dis merci. En effet, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as fait connaître aux petits » (Mt 11,25) c’est-à-dire à ceux qui se font petits. Ce sont justement eux qui ont un cœur de pauvre et l’Évangile affirme qu'ils sont heureux.

Vous le savez déjà frères, pourtant je voudrais vous le rappeler : la vraie pauvreté du cœur, celle qui rend heureux, se trouve davantage dans un cœur qui se fait petit, que dans une vie quotidienne sobre. Elle consiste plus à dire non à l'orgueil qu'à mépriser les biens matériels. Il est parfois utile de posséder des biens, mais il arrive toujours de graves ennuis si on garde son orgueil.

Frères soyez donc fiers d'être pauvres pour le Christ, mais cherchons à nous faire petits avec le Christ.

Sermon pour la Toussaint 3-5 (extraits) Cf. Guerric d’Igny, Sermons 2 (Sources chrétiennes, 202), Paris, 1973, p. 503-509