Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école d'Aelred:

Biographie

Oeuvres

Je l'ai saisi

Dans la chambre haute

A la suite d'Elie

Passion Résurrection

Sermon pour Pâques

La croix du Christ

Marthe et Marie

Marie, notre mère

Le jeûne du carême

La prière n'est pas facile

Méditer la vie de Jésus

Méditer la passion de Jésus

Contemplation

Amour de Dieu

Les sommets de la charité

Pour nous

La prière d'un pasteur

L'homme heureux

La perte du bonheur

Voici Jésus-Christ

La charité tempère

L'opinion selon laquelle

Suivre le Christ

Général:

Page d'accueil

Sur le tombeau d’Aelred on lisait : « A peine l'a-t-on lu, qu'on a envie de le relire ». Que lisait-on de lui ? Ses » œuvres sont nombreuses.

Saint Aelred 1109-1167

Telles sont les œuvres d’Aelred. Il faudrait y ajouter un De la nature de l’amour qui est demeuré inachevé, et des ouvrages historiques qui, ne touchant pas à la vie spirituelle, sont pour nous sans grand intérêt Actuellement encore, Aelred reste à la suite de Bernard, un maître de vie spirituelle. Ancien maître des novices, il connaît l'âme humaine. Ainsi, dans le "Miroir de la charité", il nous présente une solide théologie de la vie monastique, établissant la valeur de l’obéissance sur des bases évangéliques, et il précise à l’intention des commençants, que sentir n’est pas aimer.