Page d'accueilActualitésRègle de saint BenotA l'école de BenotA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école d'Aelred:

Biographie

Oeuvres

Dans la chambre haute

A la suite d'Elie

Le jene du carême

La prière n'est pas facile

Contemplation

Amour de Dieu

Les sommets de la charité

Pour nous

La prière d'un pasteur

L'homme heureux

La perte du bonheur

La charité tempère

L'opinion selon laquelle

Le jene du carême

Marie

Jésus

Gnral:

Page d'accueil


L’opinion selon laquelle les peines ou afflictions extérieures seraient contraires à la charité et à la douceur intérieure est réfutée par l’autorité de l’apôtre et des prophètes
.

Ceux qui décrètent que l’on trouve un plus grand réconfort de douceur divine dans le bien-être de la chair que dans les épreuves, qu’ils écoutent Paul : « Béni soit le Dieu et Père de notre seigneur Jésus-Christ, le père des miséricordes et le Dieu de tout réconfort qui nous réconforte dans toutes nos épreuves ». Que nous soyons amaigris par les jeûnes, affaiblis par les veilles, écrasés par les travaux, béni soit Dieu qui nous réconforte dans toutes nos épreuves. Si nous sommes lapidés, enchaînés, flagellés, emprisonnés, béni soit Dieu qui nous réconforte dans toutes nos épreuves. Que le monde s’indigne, que le monde entre en fureur, qu’il nous poursuive de sa haine, nous maudisse, disperse nos biens, salisse notre réputation, béni soit Dieu qui nous réconforte dans toutes nos épreuves. Afin que nous puissions, dit l’apôtre, réconforter ceux qui sont dans toutes sortes de détresses.

Mais voici que le médiateur de Dieu et des hommes, l'Homme Jésus-Christ, a sauvé l'homme sur la croix. Depuis lors la mémoire est restaurée par le texte des Écritures, l'intelligence par le mystère de la foi et l'amour par une continue croissance de la charité. Quand la mémoire ne sera plus sujette à l'oubli, ni l'intelligence à l'erreur et que l'amour ne sera plus livré à la convoitise, alors l'image de Dieu dans l'homme sera parfaitement restaurée. Mais où et quand connaitrons-nous cette paix et ce bonheur tranquille ? Nous l'aurons dans la patrie, c'est notre espérance, car pour ceux qui vivent dans l'éternité, il n'est plus d'oubli, plus d'erreur pour ceux qui possèdent la vérité, plus de convoitise pour ceux qui sont absorbés dans la charité. Ô charité vraie et éternelle ! Vraie éternité d'amour ! Ô trinité de véritable amour pour l'éternité ! Là, enfin, nous aurons le repos, la paix, la joie tranquille et le bonheur.

Le miroir de la Charité
(extraits)