Page d'accueilActualitésRègle de saint BenoîtA l'école de BenoîtA l'école de BernardA l'école d'AelredA l'école de GuerricA l'école de GuillaumeA l'école de Thomas MertonLiens cisterciensBibliographieLiensPlan du site

A l'école d'Aelred:

Biographie

Oeuvres

Je l'ai saisi

Dans la chambre haute

A la suite d'Elie

Passion Résurrection

Sermon pour Pâques

La croix du Christ

Marthe et Marie

Marie, notre mère

Le jeûne du carême

La prière n'est pas facile

Méditer la vie de Jésus

Méditer la passion de Jésus

Contemplation

Amour de Dieu

Les sommets de la charité

Pour nous

La prière d'un pasteur

L'homme heureux

La perte du bonheur

Voici Jésus-Christ

La charité tempère

L'opinion selon laquelle

Suivre le Christ

Général:

Page d'accueil

Une prière d'humilité

Ô Jésus, Bon Pasteur, pasteur bon, pasteur plein d'indulgence et de tendresse, vers vous crie un pasteur pauvre et misérable ; même s’il est faible, même s’il est malhabile, même s’il est et inutile, tel qu’il est, c’est tout de même le pasteur de vos brebis. Vers vous, il crie, dis-je, ô bon Pasteur, ce pasteur qui n'est point bon ; vers vous il crie, angoissé pour lui-même, angoissé pour vos brebis. Quand dans l'amertume de mon âme je repasse mes années passées, je m'effraie et je tremble au seul nom de pasteur : si je ne m'en sentais infiniment indigne ne serai-je pas dans l’erreur ?

Et Vous, doux Seigneur, vous avez établi un tel homme à la tête de votre famille, à la tête des brebis de votre troupeau ! Vous voulez que je me soucie d'eux, moi qui ai si peu souci de moi-même; moi qui ne suffis pas à prier pour mes propres péchés, vous voulez que je prie pour eux aussi ; moi qui ai si peu appris, vous voulez que j'apprenne aux autres. Doux Seigneur, n'est-ce pas votre famille, votre peuple choisi, qu'une seconde fois vous avez fait sortir d'Égypte, que vous avez créé, racheté ? Vous les avez rassemblés de tous les pays pour les faire habiter ensemble et vivre la vie commune dans cette maison. Pourquoi donc, Source de bonté, alors qu'ils sont ce qu'ils sont et que je suis ce que' je suis, avoir voulu me les confier, eux qui vous étaient si chers, à moi, si médiocre à vos yeux?

Voici votre peuple, doux Seigneur, le voici devant vous, lui qui a sous les yeux votre croix ainsi que les signes de votre passion. Et c'est à moi, pécheur, votre humble serviteur, que vous en avez confié le gouvernement. Mon Dieu, vous savez mon peu de sagesse, et ma faiblesse ne vous est pas inconnue. Je ne vous demande, doux Seigneur, ni or, ni argent, ni pierres précieuses, mais la sagesse pour que je puisse régir votre peuple. Envoyez-la du siège de votre grandeur, Source de sagesse, pour qu'elle soit avec moi, qu'elle agisse et opère avec moi, qu'elle parle en moi, qu'elle dispose mes pensées, mes discours, toutes mes actions et toutes mes décisions selon votre bon plaisir et à l'honneur de votre nom, pour leur avancement et mon salut.